20161006 la cheville


il fait froid, c’est seulemement quelques degrés de moins mais mon corps pourtant semble en détresse, incapable de se réchauffer, je regarde le thermomètre, non il ne fait pas si froid, et pourtant. même chez moi je grelotte invisiblement. plus tard dans le bus, car je suis sorti, non je me suis extrait de chez moi avec toutes les plus grandes difficultés, dans le bus au hasard d’un coup de frein, me retenant aux sièges pour ne pas tomber, je me bloque la cheville. je rentre chez moi en emportant cette douleur dont je ne sais pas encore quoi faire. maintenant, devant mon écran, devant mon thé, j’ai toujours aussi froid. j’ai déplacé le radiateur électrique près de mon côté. je sens l’infime chaleur suscitée par la douleur, dans ma cheville gauche. j’ai la sensation que c’est la partie de mon corps qui est la plus vivante. elle se manifeste, elle varie, elle semble dire quelque chose, sans avoir besoin de mots, sans avoir même besoin d’être écoutée. moi je n’ai aucune volonté, aucune velleité, je n’ai pas spécialement besoin d’être, de faire, ceci ou cela, pour une fois. c’est suffisamment rare pour me surprendre. je suis dans ma cheville et dans mon froid, je leur accorde de l’attention. les saisons parlent, dehors, il y a des mouvements de vents qui recouvrent les voix qui se disputent la circulation de la ville. quarante minutes de musique sans titre me passent entre les oreilles. contre la manie toujours poursuivie de nommer, de comprendre, d’assembler, se dressent ainsi les douleurs, les sons, les humeurs inclasséees qui viennent pour une soirée, ou un peu plus, hanter les parties oubliées de mon corps, l’inattention dont j’oubliais être encore capable.

kafka café froid


Kafka est parti se promener. On ne sait jamais à quelle heure il rentrera. L’incertitude est son principal trait de caractère. Je me retrouve seul et je déteste ça. Que faire en son absence, que faire sinon, attendre. Je regarde les étourneaux par la fenêtre. À la cuisine, je me ressers, avec une sorte de dégoût content de lui (« satisfait ») une tasse de café froid, reste du matin. J’allume la radio pendant une seconde, simplement pour le plaisir de faire taire ces bavards. Je rêve d’une station de radio où l’on se tairait, animée par des silencieux. Je n’ai pas envie d’être assis, je n’ai pas envie de m’allonger. Je reste debout, par élimination. Mon esprit, je le sens bien, évite de se fixer sur des sujets cruciaux.

dépourvoir


2015-0904_04025_1
Il faudrait tout noter à rebours, ce pour quoi il me manque de la volonté.
La nuit fait douze degrés. Douze degrés qui font la nuit.
Il y a quelque chose qui s’est transformé en froid.
Ces quelques minutes indispensables, tout au long de la journée, et qui finissent par la constituer toute. Juste attendre. attendre, vers le soir. un très beau fond bleu, à défaut des yeux. j’attends déjà le départ vers la lune.
Quoi faire d’essentiel, quand le dérisoire réclame nos mains pour le devêtir.
2015-0904_04025_2

la littérature maintenant, ça doit être ce qui résiste à l’information.