2021-0128

Ne pas trembler car tout est calme encore, encore se tait la toute-puissance  

terrible, je suis assis, je ne sais pas, je pas je ne sais pas, je pourrais trembler trembler de vide, je-ne-sais-pas, je décompose ces quatre mots anodins quotidiens, sibyllins, primordiaux, je ne sais pas, familiers et terrifiants, quoi écrire je ne sais pas, ce que je pense, je ne trouve pas, pas de sens à donner, je n’en veux pas, communiquer, je veux dire mais sans énoncer, je ne sais pas ce que je pourrais faire, taire ou maudire, donner, trahir, les yeux, les yeux dans le vide de l’extérieur à portée, je crois que j’ai froid mais je ne sais pas, de quel ordre est le frisson qui me saisit, réfléchir est un art mais s’oublier aussi, c’est la retranscription de mémoire d’un sous-titre de film, si je le note, cela devient la partie émergée de la journée, et cela devrait suffire à la personne que je ne suis pas encore et qui un jour se penchera sur ces notes, y trouvant sans doute quelque chose à y méditer.