2021-0115

Il a beaucoup neigé. Un simple fait météorologique. Mais il s’agit bien sûr de tout autre chose. Devant la fenêtre donnant sur la cour, les toits blancs, la lumière grise et blanche et grise domine tout. Il y a des traces de roues et de pas. Il suffit de la neige pour savoir que quelqu’un est passé. Une femme photographie ses deux enfants dans le blanc en combinaisons de plastique vert brun. La vision directe recule. Encore ces afflux de sensations-souvenirs. J’écris ça pour moi. Cela commence par une rayure, un faible grésillement. Je ne vois essentiellement rien de précis sinon le temps, en une fraction de seconde, le temps que j’ai traversé, cette longue plaine de temps. Qui semble se comprimer comme une fusée. Je ne sais pas décrire ce qui apparaît. Les sensations sont à la fois trop précises et trop vagues. Il ne s’agit en rien de l’affectation d’une métaphore supplémentaire. J’écris ça pour moi. Je ressens vraiment cela, cela passe dans mon buste, cela m’entoure, ça semble partir du ventre plutôt que de la tête. Quelques images apparaissent, mais simplement comme témoignages connexes, illustrations, preuves, balises, bornes, jalons. Apparaissent et s’éloignent. En laissant une petite griffe, une marque sur l’influx nerveux. Je peux reculer dans le temps, même si cela ne dure pas, je peux accéder à d’anciens états. Cette découverte banale comme une splendeur, un accès de fièvres.