20160703 plus élégamment


je ne sais pas quoi faire ni écrire je me tracasse et tourne-en-rond alors je regarde sur wikipedia la date du jour. j’apprends que c’est la journée du sac en plastique. ce qui me laisse rêveur, c’est parfait, mais non, je regarde à nouveau, non c’est la journée sans sacs plastiques, finie la sérénité passagère. j’aime beaucoup les sacs en plastique, je suis contre leur éradication, j’aime leur esthétique renouvelée, populaire et inaperçue. combien de ces petits faits désespérants chaque jour.
je suis malade alors je regarde la ligne droite de la rue en face. je l’aime à n’importe quelle heure. mais est-ce plutôt la rue ou la vue, je ne sais pas. c’est les incessants camions de la poste bien sûr, et c’est les gens qui vont et viennent. c’est un passage secret, secret c’est-à-dire anodin.
une sorte de grippe de mois de juillet. je ne sors pas. je regarde les nouvelles sur google actualités. c’est une vision moderne de l’enfer à laquelle je n’ai à opposer qu’un yaourt, qu’un flan, enfin un truc de frigo. ma fierté est vibrante mais immobile. comme un brocoli, euh non un colibri.
je vis heureusement avec un pianiste discret qui se parfume à l’iris. qui est aussi moi, et qui ne fait rien aussi, mais plus élégamment.